Dénoncer les agressions sexuelles ça ne se fait pas sans vous!

Vous avez été victime d'une agression sexuelle?

Capsules d’info

Drogues du viol

Drogues du viol
 On utilise l’expression « drogues du viol » lorsqu’il y a agression sexuelle commise à l’aide d’une drogue, d’un médicament ou d’alcool.

Par contre, il est possible qu’il y ait agression sexuelle sur une personne qui a consommé volontairement de l’alcool et/ou de la drogue. Lorsqu’une personne accepte une consommation, cela ne signifie pas pour autant qu’elle autorise une relation sexuelle. L’agresseur profite de la vulnérabilité de la personne pour commettre un acte criminel.

Agression sexuelle commise avec l’aide de drogue, médicament ou alcool.
70 % des victimes avaient consommé de l’alcool ou une drogue volontairement ou à leur insu.
Les drogues du viol, c’est quoi au juste?
Plusieurs produits peuvent être utilisés comme drogue du viol. Les plus fréquents sont l’alcool, le cannabis, la cocaïne, le GHB, le Rohypnol et divers médicaments comme le Rivotril, l’Ativan, le Valium, etc.

Les effets de ces drogues commencent entre 20 et 30 minutes après leur consommation et peuvent parfois durer jusqu’à 12 heures. Le dépistage de ces substances dans le corps doit se faire rapidement puisque les traces d’une consommation disparaissent souvent en moins de 24 heures.

Différents symptômes sont associés aux drogues du viol. En voici quelques-uns : sensation d’avoir trop bu, vision rétrécie, perte d’équilibre, perte de contact avec la réalité, bouffées de chaleurs, altération du jugement, perte de conscience, calme ou euphorie, absence d’inhibition, confusion, excitabilité ou agressivité, frissons, nausées, hallucinations, perte de mémoire, etc. Il est aussi possible que les drogues du viol endorment la victime pour une période de 8 à 24 heures.
Si j’en suis victime, comment réagir?
Dès que tu ressens certains effets, il est essentiel que tu réagisses rapidement. Ne t’isole pas, même si tu te sens mal et que tu voudrais être seule. Il est très important que tu informes de ton état une personne en qui tu as confiance. Ensuite, demande de l’aide pour quitter les lieux rapidement et de façon sécuritaire.

Si tu as des doutes ou que tu crois avoir été victime d’une agression sexuelle à l’aide des drogues du viol, tu peux te rendre à l’hôpital pour y passer un test de dépistage de drogue. Tu pourras aussi y recevoir les soins médicaux requis (pilule du lendemain, test ITSS, soin des blessures, etc.).

Si tu as besoin d’aide et de soutien, tu peux appeler différents organismes qui sauront te donner un coup de main. (CALACS, CSSS, police, CAVAC, etc.)

Si tu désires porter plainte à la police pour l’acte criminel que tu viens de subir, tu peux le faire en tout temps. Tu peux également être accompagnée dans ces démarches (CALACS, CAVAC, etc.).
Prévenir : Comment s’en protéger?
Les drogues du viol peuvent être présentes dans différents milieux comme les bars, les « raves », les partys privés, etc. Il est donc important d’adopter des comportements vigilants : garder un œil sur son verre en tout temps, ne pas accepter de consommation lorsqu’on ignore sa provenance, refuser de se faire raccompagner par une personne avec qui on se sent mal à l’aise, faire confiance à notre intuition, sortir en gang et veiller les uns sur les autres, intervenir si notre amie a un comportement inhabituel ou semble plus ivre qu’elle ne devrait l’être, ne pas laisser une amie seule lorsqu’on désire quitter l’endroit, etc.
Qui peut m’aider?
En tout temps, tu peux demander de l’aide aux gens qui t’entourent et en qui tu as confiance : une amie, un prof, un parent, un intervenant, etc. Il y a aussi différents organismes qui peuvent te soutenir dans tes démarches et t’offrir de l’aide comme les CALACS, les CSSS, la police, les CAVAC, etc.

SOURCE : Agence de santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Relation de couple

« Les relations amoureuses »

Être en amour…

  • Être en amour, c’est avoir du plaisir avec quelqu’un que je respecte et qui me respecte.
  • Être en amour, c’est être heureux de partager avec l’autre tout ce que nous avons en commun et de différent.
  • Être en amour, c’est vivre dans l’égalité, l’harmonie et la sincérité.
Quand on est en amour…
On a le droit :
  • d’exiger du respect;
  • d’avoir des goûts différents de l’autre;
  • de conserver ses moments intimes en privé, sans que tout le monde le sache;
  • de vouloir s’embrasser et échanger des caresses;
  • de ne pas vouloir aller plus loin, d’imposer ses limites;
  • de changer d’idée à tout moment lors d’une relation sexuelle.

On n’a pas le droit :
  • de se venger en attaquant la réputation de l’autre;
  • de dévaloriser ou d’insulter l’autre;
  • d’obliger son partenaire à faire ce que l’on veut sans savoir s’il en a envie.
Les ingrédients d’une relation saine…
  • la séduction, l’attrait pour l’autre, l’amour;
  • l’écoute, le respect, la communication;
  • la confiance, l’affirmation, l’estime;
  • le plaisir;
  • l’intimité, la sexualité.
Les indices d’une relation malsaine…
  • le manque de respect;
  • le contrôle (décider de tout);
  • la jalousie;
  • les menaces et le harcèlement;
  • les insultes et la méchanceté;
  • les comportements violents (paroles et/ou gestes)
J’ai des doutes sur ma relation amoureuse…
  • ne reste pas dans le doute, parles-en à quelqu’un en qui tu as confiance (amis, parents, etc.);
  • si tu en as besoin, va te chercher du soutien auprès des intervenants que tu connais (école, maison des jeunes, travailleurs de rue, etc.);
  • n’hésite pas à faire appel aux organismes qui sont là pour t’aider.

 Autres

« Mon amie a vécu une agression sexuelle… »

Que dois-je faire?


  • Écoute attentivement, ne fais pas de farces, ne juge pas et ne lui passe pas un interrogatoire. 
  • Accompagne ton amie dans ses émotions, ses pleurs, sa colère, etc.
  • Crois son histoire et dis-lui que ce n’est pas de sa faute. La seule personne responsable, c’est l’agresseur.
  • Dis-lui que c’est important d’en parler à une personne qui pourra lui apporter aide, soutien et protection.
  • Fais preuve de discrétion, ne répète pas aux autres ce que ton amie t’a confié. (Cette personne a confiance en toi, ne brise pas cette confiance!)
Mais…
  • Vérifie avec ton amie quelles personnes pourraient l’aider. Faites quelques recherches ensemble. Informe ton amie, ou ami, de tes limites à l’aider, mais dis-lui aussi que tu es là.
 
  • Si ton amie vit dans un milieu où il n’y a pas de protection, si sa sécurité et sa santé sont menacées, qu’il y a une situation de danger, va voir des gens qui pourront vraiment l’aider. Et surtout, fais-lui connaître tes démarches.
« Prévention des agressions sexuelles »

Petits trucs de prévention

  • Fais respecter tes droits et ta liberté, en commençant par réagir aux « petites » agressions.
 
  • Affirme-toi où que tu sois. Défends ton espace vital.
 
  • Précise, clarifie la relation. Exprime clairement tes limites.
 
  • Fie-toi à ton intuition… Ressens ce qui se passe autour de toi et fais-toi confiance.
 
  • Suis un cours d’autodéfense.
 
  • Dans une situation où tu vis un malaise, parle avec une personne afin de trouver une solution adéquate pour changer cette situation.
 
  • Dis clairement NON, avec ta voix, ton corps et par ton attitude générale. Tu as le droit de réagir, de crier, de courir, de fuir…
 
  • N’utilise pas de couteau ou une autre arme… Lors d’une agression, l’arme pourrait être utilisée contre toi.
 
  • Organise ton milieu afin de te sentir en sécurité.
Souviens-toi que…
Ton corps t’appartient, personne d’autre n’a de pouvoir ou de droit sur lui.
Chaque personne a droit au respect!
« Le Web en sécurité! » Le Web, c’est génial! C’est vrai, mais…

Il est important d’être attentif et averti. Voici quelques trucs pour t’aider à naviguer en toute sécurité sur le Net.


  • Ne divulgue jamais en ligne des informations personnelles comme ton nom, ton numéro de téléphone, ton adresse, etc.
  • N’utilise pas un surnom qui permettrait de deviner ton âge, ton sexe, ton adresse ou toute autre information personnelle.
  • Fais attention à l’utilisation que tu fais de ta webcam et des fichiers que tu envoies sur le Web. Les images et les fichiers peuvent être enregistrés et publiés partout sur le Web, tout le monde y aura accès!
  • Ne réponds pas automatiquement aux questions que te pose un étranger en ligne.
  • Ne rencontre jamais seule une personne que tu as rejointe sur le Net et assure toi d’en avoir parlé avec tes parents ou une personne responsable qui peut veiller sur ta sécurité.
  • Informe une personne de confiance qui peut t’aider si tu reçois des messages qui te rendent mal à l’aise.
Dénonce les situations dérangeantes si …
  • tu reçois un message ou tu localises un site contenant de la pornographie infantile;
  • tu as été sollicité sexuellement;
  • tu es victime de cyberintimidation;
  • tu as été incité à te livrer à des actes criminels.

En tout temps, si tu vis des situations dérangeantes sur le Net, parles-en avec une personne qui peut t’aider. Tu peux aussi signaler ces situations à diverses organisations :

Sûreté du Québec : 310-4141
Info-crime : 1-800-711-1800
Cyberaide

SOURCE : Dépliant Prudence sur le Net! Parents avertis, jeunes internautes prudents, réalisé par la Sûreté du Québec.
Saviez-vous que
56 % des agressions ont lieu au domicile de la victime ou de l'agresseur.
CALACS Trois-Rivières
C.P. 776, Trois-Rivières
(Québec) G9A 5J9
Tél. : 819 373-1232
Téléc. : 819 373-5033

Heures d'ouverture :
8 h 00 à 12 h 00 et
13 h 00 à 16 h 30
du lundi au vendredi
Desjardins
Design Web = Egzakt Dernière mise à jour : 6 Février 2017